THE LAST SUPERHERO


Un matin pluvieux de novembre 1986, la femme de ménage d'un petit hôtel de banlieue, près de Paris, trouva le corps pendu du dernier super-héros. André Marrieux s'était suicidé aux alentours de trois heures du matin, à l'âge de 10 731 ans, par pendaison. Il était le dernier de son espèce. Le dernier de ceux qui ont veillé sur la race humaine depuis son accession à un état qui peut être défini comme relativement civilisé, il y a environ dix-mille ans de cela.


Malgré les millénaires, on sait toujours aussi peu de choses de l'origine exacte de ces Super-héros, qui se préféraient par ailleurs le nom de « Veilleurs ». Il est maintenant établi de manière certaine, grâce aux autopsies et aux tests adn, qu'il s'agit d'aliens. Il est également admis sans contestation possible que les Veilleurs ne peuvent se reproduire, ce qui a amené certaines sectes à prôner l'idée qu'ils sont le résultat d'une recherche génétique menée par une race alien non dotée de pouvoirs. Ces sectes ont été à l'origine de la vague xénophobe d'attaques et enlèvements sur les super-héros dans les années 30. L'une de leurs Grandes Théories consistait à dire que les Veilleurs ne pouvaient se reproduire parce qu'ils étaient amenés à s'éteindre et à laisser l'Humanité grandir seule. Leur intention était d'accélérer le processus.


Avec les progrès technologiques accomplis par l'Humanité ces derniers siècles, les super-héros sont devenus de plus en plus obsolètes. Les armes à feux, les avions à réaction, la maîtrise de l'atome, les satellites, l'accès à l'espace et la circulation de l'information ont réduit la supériorité que donnaient aux super-héros leurs pouvoirs. Une fois leur mortalité clairement démontrée, leur fin ne fut plus qu'une question de temps. Les guerres, les sectes, les gouvernements totalitaires, les scientifiques un peu trop gourmands ou même les curieux sont responsables aujourd'hui de leur extinction. Leur nombre a commencé à se réduire à partir du dix-neuvième siècle et a connu une diminution drastique au cours des multiples grandes guerres du vingtième siècle, qui n'ont souvent duré que quelques jours grâce aux super-héros, mais qui n'ont cessé de revenir sur le tapis, encore et encore.


Ces deux dernières décennies, les super-héros étaient devenus de plus en plus invisibles, s'impliquant de moins en moins dans les affaires des hommes. Peu nombreux en comparaison avec la masse croissante d'humains, ils se rendirent compte les uns après les autres de leur inutilité et cessèrent de s'intéresser à quoi que ce soit dépassant leur vie individuelle. Cessant de s'intéresser au monde, ils finissaient par dépérir de manière assez étrange et qui semblait quasiment maléfique vu de l'extérieur. Les cinq derniers super-héros vivants ont été victimes d'attentats à la suite. La police scientifique suppose que le suicide d'André Marrieux est lié aux dix-sept attentats dont il a été personnellement victime au cours des trois dernières années.


Aucun message n'est parvenu de la part des autorités françaises ou européennes suite à ce décès presque attendu. Les autorités politiques ont cessé de soutenir les super-héros à partir des années soixante, à la suite de nombreuses études sociologiques ayant démontré la contre-productivité à long terme de l'interventionnisme des aliens aux super-pouvoirs. Après avoir été nombreux parmi les stars du cinéma hollywoodien et européen des années 30 aux années 50, les super-héros ont brutalement subi une vague de dénigrement. Presque toute collaboration avec les États a cessé. La protection policière souvent assignée aux super-héros aux frais de l'état a cessé du jour au lendemain. L'impunité judiciaire officieuse dont faisaient l'objet les Veilleurs a été abolie sans sommation. Bref, les super-héros ont eu la vie dure. Certains ont abouti en prison, d'autres jugés, condamnés et exécutés.


Les spécialistes estiment qu'au départ, les super-héros étaient aux alentours de dix-mille. Ce qui était un nombre considérable par rapport à la population humaine de l'époque. Les archives précises existent à partir du dix-huitième siècle, parfois à partir du dix-neuvième siècle. En 1900, leur nombre n'était plus que d'environ deux-mille. L'une des raisons estimées de cette réduction de population est apparemment la lâcheté des liens entre les différents super-héros et la faible coordination de leurs actions à l'échelle mondiale. Il semble qu'ils aient continué de fonctionner à l'échelle d'un village ou d'une petite ville, comme aux débuts de l'Humanité, incapables de s'adapter à la globalisation qui a bouleversé le monde au fil des deux derniers siècles.


Avec la mort si banale d'André Marrieux, dernier super-héros, c'est une époque qui s'achève. L'Humanité, qui a toujours été protégée, limitée, se retrouve désormais seule, seule face à ses questions. Seule face à ses peurs et à ses folies. Seule responsable de son destin. Qu'il soit grand ou terrible. Le dernier des Veilleurs est mort.