20 juillet 2008

De l'argumentation et de la vie

"dans un film, aussi mauvais soit-il, il y a toujours une scène, un regard ou un plan de génie. Il y a toujours quelque chose de génial" Martin Scorcese J'en reviens à l'utilité de citer les grands de ce monde, ceux que tout le monde connaît. Après tout, l'inefficacité de mes opinions et théories doit beaucoup à mon incapacité à illustrer concrètement mon propos ainsi qu'à faire appel à toute une culture concrète. Après tout, mes impressions et sentiments ne suffisent pas. Cela reste de la rationalisation, mais voilà,... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 05:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juillet 2008

La Revanche des Geek

Si... Comme c'est devenu plus ou moins évident pour ceux qui me connaissent, je veux bosser à Hollywood. Là où existent les moyens, le savoir-faire, et le talent marketing et de production. Le problème est que l'originalité, l'intelligence émotionnelle, fidèle à ses propres standarts est connue pour s'y faire déchirer. Pourtant, une vague de réalisateurs, geeks pour certains, sont en train de prouver qu'il est possible de dire non et de créer des oeuvres matures, personnelles et fortes dans ce carcan hollywoodien... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 06:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 juin 2008

SPEED RACER

... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 00:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
17 juin 2008

A l'aide !

Il est 7h44 du matin. Planqué dans mon lit, je sors d'une nuit sans sommeil. Un livre à la main l'instant d'avant. Avant de rallumer cet ordinateur qui, pour la première fois depuis une ou deux semaines, s'était éteint. De sa propre volonté. Un geste maladroit, un fil qui tombe. Et voilà cette adjonction à ma personne, ce speed up, drogue qui s'instille dans la moindre pore de ma peau, aspiration de tout et de rien, qui s'empare de ma vie. Je m'y désincarne, m'y évide, accèlère le rythme insensible de ma vie... L'ordinateur éteint,... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 08:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 juin 2008

THE HAPPENING

PHÉNOMÈNES (THE HAPPENING) de M. Night Shyamalan Voici un film que j'attendais depuis longtemps, devant lequel je m'impatientais, car c'est le petit dernier de mon scénariste/réalisateur favori. Avec cette apocalypse aux tons gris et neutres, Shyamalan nous donne son film le plus sombre, le plus sanglant, échappant à ce fantastique humain, chaleureux et touchant qui caractérisait ses derniers films. Les personnages sont perdus dans leur vie, perdus dans une Amérique paranoïaque, où tout le monde se méfie de tout le monde,... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2008

Esquisse de la perte...

Lorsque la Merveille entre dans ma vie pour en ressortir l'instant d'après, je me rend compte qu'il ne me reste plus que la douleur de son absence. Autant j'ai pu le supporter auparavant, n'ayant jamais éprouvé sa présence, autant après coup seule la douleur est réelle. Une absurde douleur. Constatation de la profonde humanité au centre de cette Merveille qui vogue selon ses vents capricieux et incontrôlables. Il ne reste plus qu'un rêve, la fragrance d'une rencontre manquée. La faute à la vie, la faute aux coïncidences ratées. La... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 06:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2008

Isolement

A la fois trop de choses et le vide absolu. D'où mon silence. Le temps passe, et je reste chien errant sans spécialisation, sans passion continue qui me pousserait à mener des recherches si loin que j'aurais quelque chose d'intense, de complexe à révéler. Pas de réflexion vitale à mener. Passif, je vis au jour le jour, sans vraiment y croire. L'espoir brise. Trop d'espoir tue l'espoir. Au fond l'espoir est l'arme du passif. Elle permet de vivre dans l'aveuglement. Plus le temps passe, plus le sentiment de solitude prend le... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 05:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 avril 2008

Réactions... matûrations

Petite esquisse de théorie. Mind game. Quelles que soient les valeurs d'une société, la vérité et la justesse du regard qu'elle porte sur le monde, quelle que soit la tolérance qu'elle entend montrer envers différentes catégories qualifiées d'"autres", il reste un facteur qui met toutes les sociétés au même niveau : nos émotions. Car quelles que soient ces conceptions génériques auxquelles la plupart des membres d'une société adhèrent, subsiste l'élément d'attachement, de souffrance, de douleur, et, en fin de compte, de... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 00:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 avril 2008

Elles

Elles Il y avait ce temps, des poèmes lointains d'une plume élancée, je rêvais d'horizons mais le plat de mes mots, l'illustré de mes vers tout s'est désenchanté Trop faciles, les mots que je dis trop simples, trop précis poète sans poésie et rêveur sans paroles dans les cendres gît, vain, mon papier papillon je ne suis plus qu'un pion dont le coeur appauvri s'assèche à tous les vents rêve, mais sans espoir, je suis las j'ai perdu mon éclat, porté par l'horizon coffre-fort sans substance et sans voix Et... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 03:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 avril 2008

Du plaisir dans le cinéma

Réflexion brute et sans prétention. Vous savez, la personne que je suis, celle que je crois être... eh bien, la vie ne cesse de me surprendre. Plus je me laisse porter, et plus je découvre qu'il y a des portes que je croyais fermées, ridicules, bêtes, et que pourtant j'adore. De quoi je parle ? Vous savez, ces films sur la danse et les ghettos : Ecrire pour exister, Dance with me, et celui que je viens de voir : Step up. Eh bien, je découvre que j'adore ces films ! Ils me transportent à un point que je n'aurais pu imaginer.... [Lire la suite]
Posté par dgrv à 07:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]